dimanche, 13/5/2018 | 10:47 UTC+2
COURS DE TORAH BRESLEV EN VIDÉOS SUR LES ENSEIGNEMENTS DE RABBI NA'HMAN DE BRESLEV
You are here:  / COURS BRESLEV COMPILÉS PAR SUJET / TOUS LES COURS VIDÉOS / « Pessa’h » – COURS VIDÉOS BRESLEV COMPILÉS PAR SUJET
Pessa'h - Sortir d'Egypte

« Pessa’h » – COURS VIDÉOS BRESLEV COMPILÉS PAR SUJET

« Pessa’h – Sortir d’Egypte«  est une compilation de tous les cours vidéos Breslev de notre site NahmanmeOuman.com selon Rabbi Na’hman de Breslev.

LES FÊTES JUIVES – PESSA’H

ENSEIGNEMENT TIRÉ DU LIKOUTÉ ÉTSOT DE RABBI NA’HMAN DE BRESLEV

  1. Les jours de Nissan sont des jours de repentir, comme Tichri. (Likouté Moharan, Torah 49, 6).
  2. Nissan relève de la réparation de l’Alliance; et grâce à la joie, on propage la sainteté et la joie de Nissan au reste de l’année; et l’on accède à la rectification de l’Alliance, et on est sauvé de la pollution nocturne, à D. ne plaise. (Likouté Moharan 2è Tome, Torah 5, 10).
  3. La Hagada de Pessa’h constitue une réparation de l’Alliance; c’est la raison pour laquelle on récite la Hagada à voix haute, car la voix éveille la connaissance, et grâce à cela, l’homme mérite le dévoilement de la connaissance, ce qui est l’essentiel de la délivrance, car l’exil égyptien a été causé par le dommage occasionné à l’Alliance, qui est une atteinte portée à la connaissance. Le vin des quatre coupes constitue aussi une réparation de la connaissance, laquelle correspond à la rectification de l’Alliance. (Likouté Moharan, Torah 20, 10).
  4. A Pessa’h, on pousse des cris implorants dans la prière. (Likouté Moharan, Torah 201).

AUTRES ENSEIGNEMENTS TIRÉS DU LIKOUTÉ ÉTSOT DE RABBI NA’HMAN DE BRESLEV

  • Pourim constitue une préparation à Pessa’h; grâce aux mitsvot de Pourim, on mérite de se garder du levain à Pessa’h. (Likouté Moharan 2è Tome, Torah 74).
  • La cupidité est l’un des trois mauvais désirs qui font perdre et altèrent la crainte qui est dans le cœur. Mais grâce au fait qu’on reçoit la fête de Pessa’h comme il convient, par cela on rectifie le désir de l’argent, et de la sorte on parvient à la crainte, ainsi qu’à l’influx de la prophétie, à la prière, etc. [Se référer à ‘Crainte’ alinéa 20]. (Likouté Moharan, 2è Tome Torah 1, 4-5).
  • Grâce à l’honneur que l’on témoigne envers les trois fêtes de pèlerinage, comme il convient de le faire, par la nourriture, la boisson et de beaux habits selon ses possibilités, en sanctifiant et en purifiant la pensée, avec allégresse et contentement du cœur, et d’autres choses similaires relatives à la sainteté et à la joie du jour de fête, grâce à cela, on mérite de connaître D., et d’amener la connaissance au cœur, et on répare de la sorte les trois défauts qui sont à la base de tous [les mauvais traits de caractère], qui sont : le désir de l’argent, le désir sexuel, et le désir de nourriture; car lors de chaque fête est rectifié un défaut parmi les trois précités, autrement dit à Pessa’h est réparée la cupidité, à Chavouot, le désir sexuel est rectifié, et à Soucot, le désir de nourriture est réparé. C’est pourquoi on doit faire très attention à bien honorer les trois fêtes de pèlerinage, afin de parvenir à s’extirper de ces trois mauvais désirs précités, tout le fondement du judaïsme dépendant de la rectification de ces trois désirs. Et grâce à cela on accède à l’influx de prophétie, et à la perfection de la prière, à la guérison, et à l’illumination du Messie, etc., jusqu’à ce que l’homme parvienne à ce que son autorité s’exerce sur les anges, l’homme d’Israël ayant été créé dans ce but, et ceci constitue l’essentiel de l’objectif à atteindre et la finalité d’Israël. (Likouté Moharan 2è Tome, Torah 1).
  • Le saint jour de fête convoque, proclame et dévoile la volonté, autrement dit : tout se fait selon Sa volonté béni soit-Il, et l’existence de la nature n’est nullement obligatoire; car à l’occasion de chaque jour de fête, D. béni soit-Il a réalisé en notre faveur de redoutables signes qui sont à l’opposé de la nature : à Pessa’h il y eut la sortie d’Egypte, quand Il nous fit quitter l’Egypte avec des miracles impressionnants, à Chavouot, ce fut le don de la Torah, quand Il nous donna la Torah au milieu de redoutables prodiges, à Soucot, Israël fut entouré par les nuées de gloire; grâce à tous ces signes et ces prodiges redoutables qu’Il a faits pour nous durant toutes les fêtes de pèlerinage, il fut dévoilé que tout se fait selon Sa seule volonté béni soit-Il, et la nature n’est nullement nécessaire. Cependant, on doit bien tendre son oreille et incliner son cœur afin d’écouter le son de ce saint appel, et grâce à cela on accède à la joie du jour de fête, car chacun, selon ce qu’il mérite de percevoir dans son cœur du son de l’appel du jour de fête qui clame que tout se fait selon Sa seule volonté béni soit-Il, méritera la joie de la fête. On parvient à tout cela grâce à la Tsédaka [Se référer à ‘Tsédaka’ alinéa 38]; c’est pourquoi on doit multiplier la Tsédaka avant chaque fête, afin de mériter, grâce à cela, la joie du jour de fête de façon parfaite. (Likouté Moharan, 2è Tome Torah 4, 6-9).

 
Rejoignez nous sur Whattsapp en envoyant
Inscription au + 972 50 248 78 97
TOUT SUR LES ENSEIGNEMENTS DE RABBI NA’HMAN DE BRESLEV sur http://www.nahmanmeouman.com

LEAVE A REPLY

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )

pour L’impression et la diffusion des livres de Rabbi Na’hman